CHAMPION EUROPÉEN CEINTURE BLANCHE ADULTE ROOSTER

Début de l’interview

Salut Marc, pourrais-tu te présenter dans les grandes lignes?

Je m’appelle Marc,  j’ai 23 ans. Je suis diplômé d’un CFC et d’une maturité comme employé de commerce,  j’ai aussi un diplôme de coach sportif. Je termine actuellement mon service civile (qui est obligatoire pour les hommes en Suisse), j’ai encore les 7 derniers mois à terminer.

Au niveau de mes hobbys, j’aime beaucoup la danse et le sport en général, mais je suis un grand passionné et pratiquant de Jiu Jitsu Brésilien, récemment promu ceinture bleue.

J’ai commencé le JJB il y a maintenant trois ans et demi, c’est mon cousin qui m’a fait découvrir ce sport. Je venais d’arrêter le football, et après avoir rapidement passé par la musculation (qui ne m’avait pas énormément plu) je suis arrivé dans le Jiu Jitsu Brésilien. J’ai directement accroché à ce sport dès la première fois où je suis rentré sur un tatami.

En ces temps-là j’étais en plein dans mes études, ce qui faisait que je ne m’entraînais qu’une à deux fois par semaine. J’ai pour la première fois vraiment accroché au JJB lors de ma première compétition. C’est là où j’ai tout de suite su que ça allait me suivre toute ma vie!

Peux-tu me citer les principaux bénéfices que tu tires de cette activité aujourd’hui?

C’est super simple. Aujourd’hui le JJB c’est toute ma vie, je garde toujours le même état d’esprit sur et en dehors du tatami!

Par exemple, tous les obstacles qui surviennent dans ma vie, je les prends comme des combats. C’est à dire, que je vais chercher à les dominer, à passer la garde, pour ensuite les finaliser!

J’ai aussi appris à ne jamais lâcher prise, car même si ça ne se passe pas toujours comme prévu, il faut savoir se relever, apprendre de ses erreurs et continuer d’avancer. On évolue beaucoup plus lorsqu’on apprend à prendre en compte ses erreurs et à agir en conséquence pour ne plus les refaire. Je fonctionne comme ça dans tous les domaines de ma vie, et je ne remercierai jamais assez le Jiu Jitsu pour m’avoir inculqué cet état d’esprit.

Aujourd’hui le JJB je ne le vois plus comme un sport que je pratique, c’est simplement devenu ma vie. C’est bien plus qu’une passion, ça m’a sauvé…

Pourrais-tu nous décrire un petit peu ton parcours compétitif?

J’ai fait beaucoup de compétitions locales, notamment en Suisse. C’est principalement là où j’ai fait mes meilleurs résultats (deux fois champions suisse de ma catégorie). Je n’ai pas énormément fait de compétitions internationales (IBJJF notamment)  et je n’ai pas eu de très bon résultats jusqu’ici. Je crois bien que la meilleure place que j’ai eu faite, c’était à Londres et à Paris, où j’ai terminé en troisième place.

Je n’ai jamais, jusqu’ici terminé plus haut sur le podium!!!

Parle-nous maintenant un petit peu de ton européen de cette année!

Le championnat d’Europe à jusqu’à maintenant toujours été une compétition maudite (3 participations en tout), il fallait cette année que je brise cette malédiction. Je visais donc le titre et rien d’autre!

Ça a été une épreuve vraiment difficile pour moi, car durant mon mois de préparation, j’ai du perdre 8 kilos! Le jours-même de la compétition je devais encore perdre 1,2 kilo afin d’être au poids, je ne pense pas avoir besoin de vous décrire le stress dans lequel j’étais.

Une fois la pesée faite, le stress était parti, je devais simplement faire le plus facile: faire ce que j’aime: combattre, jouer mon jeu, et écarter 4 adversaire de la route vers mon objectif.

Mon premier combat s’est extrêmement bien déroulé, j’ai réussi à mettre mon jeu, et à rester lucide tout le long du combat. J’ai gagné 16-0.  C’était je pense le combat le plus important car je me suis senti vraiment à l’aise et il m’a mis vraiment en confiance pour la suite.

Le deuxième combat a été plus difficile. Je me suis vite rendu compte que j’avais utilisé trop d’énergie inutilement lors de l’affrontement de mon premier adversaire. J’ai même failli taper sur une clé de bras! Heureusement, je m’en suis sorti (principalement grâce au mental) et ai dominé cet adversaire 10-2.

Le troisième combat s’est vraiment bien déroulé, je suis tombé contre un combattant plus petit, et j’adore combattre contre ce genre d’adversaire. J’ai réussi à le finaliser au bout de 2 minutes 30…

Ce combat a été un déclic, car j’étais convaincu que j’allais repartir avec la médaille d’or. Je me disais simplement qu’il ne me restait que 5 minutes à tirer et que j’allais donner tout ce qu’il me restait pour atteindre le haut du podium.

La finale a été le combat le plus cool de ma vie. J’étais vraiment au bout de mes forces, mais mon adversaire en était tout autant! Il y avait énormément de respect entre nous, et nous avons vraiment donné le meilleur de nous-même. J’en suis finalement sorti vainqueur en l’emportant de 2 points et plusieurs avantages.

Ça y est, j’avais atteint mon objectif. J’étais le gagnant et je sortais donc avec le titre de champion d’Europe de ma catégorie!!!

Comment s’est déroulé ta préparation pour cette compétition?

Pour l’européen,  j’ai beau eu faire un mois de préparation, je ne pense pas que c’est grâce à ça que j’ai réussi à décrocher le titre cette année. Je pense sincèrement que c’est la finalité d’un travail de longue date.

Le côté mental a toujours été mon plus gros point faible, c’est je pense pour cela que j’ai fait pas mal de mauvais résultats jusqu’ici, et je travaille sur cet élément depuis maintenant une année entière! Récemment arrivé chez Kimura, j’ai sincèrement énormément appris depuis que je fais partie de cette équipe et il faut dire qu’ils m’ont vraiment beaucoup aidé à ce niveau-là aussi.

Ce qu’il faut aussi savoir c’est que je me donnais énormément de mal à essayer de progresser au niveau mental, en lisant des livres sur le développement personnel, en discutant avec des personnes plus expérimentées… Je faisais le maximum possible afin de mieux me connaître et ainsi travailler sur les points dans lesquels je n’excelle pas. Je pense en fin de compte qu’il n’y a pas vraiment de guide pour améliorer son mental, c’est surtout un travail personnel, vous devez aller chercher vous-même les ressources qu’il vous faut afin de vous améliorer.

Aussi, j’ai la chance d’avoir une équipe qui me soutient à 100%. Je suis entouré, tous les jours de plusieurs champions du monde, d’Europe. Je ne pouvais que progresser, entouré de personnes aussi inspirantes. Je voulais devenir comme eux, et je voulais prouver à moi-même que je pouvais le faire.

Grâce au travail que je fais actuellement (le service civile), j’ai pu me permettre de prendre un mois entier de pause professionnelle, afin de me focaliser à 100% dans mes entraînements. C’est un sacrifice que j’ai voulu faire et que j’ai jugé nécessaire afin d’atteindre mon objectif.

Lors de ce mois de préparation, je devais perdre 8 kilos, et c’était durant les fêtes de fin d’années. J’ai vraiment dû rester fort mentalement afin de continuer ma diet dans de bonnes conditions. Je me disais que si c’était facile, tout le monde le ferait!

Au niveau des entraînements de Jiu Jitsu Brésilien je m’entraînais une à trois fois par jours. J’ai fait vraiment tous les entraînements possible et ai encore une fois de la chance d’avoir une équipe qui fournit des structures qui peuvent permettre un entraînement quotidien comme ça. Je ne pense pas qu’il y ait de secret pour une bonne préparation, il faut s’y mettre à fond et s’entraîner de manière honnête, c’est à dire autant que ce que vous croyez nécessaire afin de réussir vos objectifs.

Ce n’est pas tout, je faisais aussi du crossfit (crossfit LeRouge) de manière très légère afin de compléter mes entraînements. J’ai de la chance car le propriétaire est un pratiquant de Jiu Jitsu Brésilien aussi, et il me connaît très bien. Ce qui fait qu’il savait exactement les points faibles qu’il fallait que je travaille, et qu’il était au courant de ma situation ( diet + entraînements intensif de JJB quotidien ). Nous avons mis en place un entraînement vraiment adapté à mes besoins!

Pourquoi as-tu décidé de descendre de catégorie et de perdre 8kg?

Alors il y a 2 raisons à cela:

J’avais un partenaire de l’académie qui allait descendre dans la catégorie des -64kg (ma catégorie habituelle) et j’ai simplement décidé de ne pas combattre dans la même catégorie que lui afin de nous donner les chances aux deux de repartir avec la médaille d’or et ainsi ramener un maximum de point à notre équipe.

La seconde raison est que j’ai voulu sortir de ma zone de confort. Perdre 8 kilos est vraiment un défi de taille, qui est épuisant en plus de cela. J’avais besoin de ça pour me prouver que je pouvais accomplir des choses difficiles et travailler mon mental en même temps! Rien de mieux que de perdre 8 bons kilos en un mois, et en s’entraînant comme un acharné quotidiennement.

Au final, ça a été une bonne expérience et je pense refaire ça chaque année!

Quel est le point, à ton avis, qui a fait la différence cette fois?

MOI, c’est moi qui ai changé. Je n’étais pas du tout la même personne par le passé. Je n’avais aucune confiance en moi, je n’étais pas aussi bien préparé, je n’étais simplement pas aussi bien dans mes baskets. C’est bête à dire mais c’est un travail de tous les jours. Ça fait maintenant un an que je consacre ma vie à devenir la meilleure version de moi-même et ça se joue toujours sur des petits détails.

Il faut être attentif à ceux-ci tout le temps, et pas uniquement sur le tatami. Le Jiu Jitsu Brésilien m’a aussi inculqué cette manière de penser, et je l’applique aujourd’hui dans ma vie personnelle et professionnelle, ça m’aide beaucoup.

J’ai aussi appris à être le maximum honnête avec les autres et surtout avec moi-même. Au final je fais simplement en sorte de ne jamais avoir mauvaise conscience. Aujourd’hui quoique je fasse, dans toutes les relations que j’entretiens, j’applique ces principes. Je pense que c’est ça qui fait la différence.

J’étais moi-même convaincu avant de participer à cette compétition, que j’allais la gagner. Pourquoi? Car j’ai été honnête avec moi-même, j’ai fait tous les sacrifices nécessaires et imaginables afin de me préparer au mieux pour ça. Je ne voyais donc aucune raison valable de ne pas réussir.

C’était mon tour, c’était mon moment à moi, je ne l’ai pas laissé passer.

Quel conseil donnerais-tu à une personne voulant pratiquer le JJB en compétition?

Je dirais qu’il faut qu’elle en ait vraiment envie. Car du moment où tu fais quelque chose que tu n’as pas envie de faire, tu le feras mal, et les résultats seront médiocres. Ça ne compte pas uniquement pour le Jiu Jitsu, mais aussi pour tous les domaines de la vie.

Alors si tu veux aller à une compétition, vas-y, fais toi plaisir, mais fais-le pour toi, et non pour quelqu’un d’autre. Et si tu perds, n’abandonne pas, ne lâche pas, continue de t’entraîner et les résultats suivront. Si tu es honnêtes avec toi-même, et que tu fais le nécessaire pour, rien ne peut t’arrêter.

“Essayez d’apprécier au maximum les moments que vous passez sur le tatamis, le temps est une des rares choses que l’on ne récupère jamais. Donc valoriser votre temps, valoriser vos sacrifices, et faites comme moi, apprenez la passion du Jiu Jitsu Brésilien.”

Fin de l’interview

source: Objectif-bjj